Partager
Version imprimable

Current Size: 100%

Conseillers des minorités

Groupe « Moëlan, une ambition commune »

 

Phillipe GUYVARC'H, Josée Guigourez, Christophe Rivallain, Patrick Defossez, Brigitte Offret

 

En 2022, la commune accumulera des recettes fiscales supplémentaires ainsi que des aides et des subventions ou compensations nouvelles mais le pouvoir d’achat des moëlanais sera lui encore plus rogné avec des tarifs cantine en hausse pour 1 famille sur deux, des impôts locaux (+ 3,4% de la taxe foncière et de la taxe d’habitation pour les résidences secondaires) en augmentation pour tous et une inflation forte sur de nombreux produits essentiels. Des solutions simples auraient permis de limiter cette baisse mais la majorité municipale a choisi de faire différemment.

Concernant les tarifs de la cantine, elle a choisi d’aider les plus démunis en appliquant sur la commune le dispositif « cantine à 1 euro » et c’est une bonne chose. Mais pourquoi, dans le même temps, augmenter les tarifs des familles dites les plus aisées alors que l’État compense la mise en place de ce dispositif avec une aide de 3 € par repas pris. Au bilan, une famille moëlanaise sur deux paiera cette année les repas pris à la cantine par ses enfants jusqu’à 12% plus chers, et dans le même temps la municipalité récupérera dans ses caisses près de 9000 euros (compensation de 3 000 € de l’État et fin de l’aide CCAS versées aux familles défavorisées pour la cantine soit 5 500 €). Il était possible de mettre en place une nouvelle tarification sociale plus juste, plus progressive et plus solidaire sans taper sur les classes moyennes.

Depuis le début de cette année, dans la presse quotidienne régionale, madame la maire tente de reprendre à son compte les opérations « habitat » en cours sur la commune : à Kergroës, au Vern et à Kerdoussal. Quelle indélicatesse, quelle filouterie politique : tous ces projets étaient validés et lancés avant les dernières élections municipales. Dans le même article, elle dit aussi s’inscrire dans la durée et se projette déjà dans un second mandat.  Anesthésier les moëlanais et leur voler les prochaines élections municipales, voilà son plan d’action pour les prochains mois.

Madame la maire a choisi de ne pas parrainer un des candidats à la prochaine élection présidentielle. Parrainer n’est pas soutenir, et rester les bras croisés face au délitement de notre démocratie est sans doute la pire des solutions, c’est fuir ses responsabilités.

Les violences intrafamiliales ne faiblissent pas. Elles sont encore en forte hausse en 2021, +14%.  Notre action de sensibilisation « sacs à pain », menée au moment de Noël sans la municipalité qui a refusé d’y participer sans véritable argument si ce n’est celui de ne pas vouloir s’y associer parce que l’idée ne venait pas d’elle, allant même jusqu’à nous mettre des bâtons dans les roues, était pleine de sens. Beaucoup de moëlanais nous ont fait part de leur satisfaction de voir une telle action menée dans notre ville, nous les remercions. Sans l’appui financier de la municipalité, lancer ce type d’action n’est pas simple mais chaque fois que nous pourrons, devant l’urgence de la situation, nous renouvèlerons ce genre d’opération. Nous profitons d’ailleurs de cette tribune pour remercier une nouvelle fois tous ceux qui nous ont aidés à mener à bien cet acte de sensibilisation.

Alors que nous écrivons cette tribune, une guerre vient d’être déclarée en Europe. Les armées russes ont attaqué l’Ukraine. Nous partageons l’indignation internationale face à cette agression et manifestons notre soutien, notre solidarité et notre empathie au peuple ukrainien. Il s’agit de l’atteinte la plus grave à la paix et à la sécurité en Europe depuis des décennies et nous espérons que ces opérations militaires cessent au plus tôt.

Groupe « Moëlan Notre Commune »

 

Nathalie GUYENNET

Il n'aura échappé à personne que l'immobilier en Bretagne est devenu un sujet sensible ... Les prix flambent, les locaux et les résidents secondaires n'hésitent pas à en tirer profit ... Tout cela dans le soi-disant monde d'après, qui n'a rien à envier au précédent, vu qu'il n'a finalement pas changé ... Il va quand même falloir se poser des questions : Comment nos jeunes, dans le contexte actuel et très certainement futur, vont-ils pouvoir se loger sur la commune ? Il faut anticiper ce problème avecdes projets immobiliers municipaux adaptés qui permettront de lever les impossibilités pour nos jeunes à résider sur la commune, et ce, d'autant plus que la population moëlanaise est vieillissante. Nous verrons les résultats du recensement, mais ils devraient corroborer cette affirmation. Par ailleurs, la sociologie de nos communes va changer avec ces arrivées massives de néoruraux. Il ne s'agit pas ici de le regretter, mais de penser au futur en intégrant ces nouveaux arrivants sans que notre mode de vie ne soit déstabilisé.